les couleurs du caméléon

Contrairement à l’idée populaire, ces changements de couleur n’ont pas un but de camouflage et ne visent pas à reproduire fidèlement le milieu environnant. Les incroyables facultés de camouflage qu’on lui attribue ne sont que des affabulations…

Les changements de couleur sont le résultat d’impulsions nerveuses, liées à l'état psychique et physiologique de l’animal (repos, exploration, stress, peur, agressivité, excitation sexuelle, gravidité, présence d’autres caméléons, pathologies…mais aussi intensité lumineuse, température…) et interviennent fortement dans la communication de ces sauriens, une communication essentiellement visuelle.

De même pour l’anolis qui lui aussi possède cette faculté, de moindre ampleur certes, mais surtout des céphalopodes qui peuvent arborer des couleurs bariolées mouvantes se changeant en un quart de seconde en coloration cryptique, et même transmettre deux informations distinctes en colorant différemment la parie droite et la partie gauche de son corps….


La peau des caméléons est constituée de nombreuses couches cellulaires :

- L’épiderme : La couche la plus externe, transparente, kératinisée, elle contient des guanocytes (cellules riches en pigment : la guanine), qui prend une couleur jaune si l’animal s’expose sous une lumière intense, et bleu si l’animal se trouve dans un endroit peu éclairé.

- Couche des iridocytes : Ces cellules contiennent un pigment, la purine, contrôlant l’intensité de lumière traversant ces cellules ainsi que les couches sous-jacentes, et pouvant en modifier la direction.

- Derme : C’est la couche des chromatophores constituée des érythrophores (rouges) et des xanthophores (jaunes). Ce sont ces cellules principalement qui, en changeant de forme, exposent des quantités différentes de pigments, ce qui modifie la couleur et l'apparence de l'animal.

- Strate de mélanophores : La couche la plus interne, constituée de mélanophores, contenant un pigment noir, la mélanine, et des extensions projetées vers les couches supérieures permettant de refléter vers le haut la lumière bleu. Ils sont responsables chez l’homme du bronzage, des tâches de rousseur.

Coupe longitudinale de peau de lézard : http://www.cicrp.jussieu.fr/nivet/Teguments/Lezard/rep1.jpeg


L’action du système nerveux autonome permet de contrôler l’expansion et l’épaisseur des prolongements des mélanophores vers les cellules érythrophores et xanthophores et les iridocytes, en interaction avec la quantité et la qualité de lumière provoquent les changements de couleur du caméléon.
Ces changements de couleur sont donc un phénomène à la fois physique et chimique.


Chaque cellule pigmentaire est un petit sac élastique rempli d’une substance colorée et auquel sont attachés sur toute sa circonférence de fines fibres musculaires. Quand ces fibres sont relâchées, les parois élastiques du sac le réduisent à un point, quand les fibres se contractent fortement, les parois sont repoussées, et le point est remplacé par une forme étoilée de couleur. C'est pourquoi la coloration cadavérique est claire, car les fibres sont relachées.

Les chromatophores sont des cellules fonctionnant indépendamment et sont le plus souvent commandés par voie hormonale. Bien qu’elles soient indépendantes, elles se contractent ou s’étirent généralement en groupe. La fermeture et l’ouverture alternée des chromatophores engendrent la plupart des couleurs de la peau, avec des combinaisons différentes de foncé et de clair produisant pour l’œil humain de vraies nuances et des dessins variés.

Les colorations les plus spectaculaires sont observées lors de la période de reproduction, il ne faut pas oublier que ce phénomène n’est pas une pure coquetterie et a pour but de communiquer, soit pour attirer les femelles, soit pour éloigner un concurrent.

En général un caméléon stressé ou apeuré adopte une coloration noire ( ici, Chamaeleo chamaeleon, suite la manipulation, espéce strictement protégée)




Les mécanismes étant assez complexes et les publications anglophones, je ne maîtrise pas tous les éléments de contrôle nerveux et hormonal sur les changements de coloration.
Cependant je fournis un lien pour les personnes intéressés comprenant un protocole complet et un schéma détaillant le processus de réaction à un stress sur les mélanophores. Ce mécanisme met en jeu une série de réactions du système nerveux autonome (neuro-hormonal), par l’intermédiaire de nombreuses hormones et neurotransmetteurs, de récepteurs et des mélanophores.
(Remarque : les expériences ont étés réalisées avec des anolis)

https://notes.utk.edu/bio/greenberg.nsf/93c3cdb85c9d4c7d85256876001faff2/16b5f418b10b413f85256a2c0059baf7?OpenDocument

https://notes.utk.edu/bio/greenberg.nsf/854ba168246c6472852563ee006f31ee/8e5b0872f9fe5e90852565370082f835?OpenDocument


Sources :

-La communication animale – Dossier pour la science – Hors série janvier/avril 2002

-Les caméléons de montagne, de plaine et les caméléons nains – Editions de Vechhi – - L.Brunetti, L.Giandomenico et M.Millenfanti.

- Chameleons! Online E-Zine: une excellente photo d’une femelle avant/apès stimulation visuelle d’un mâle, http://www.chameleonnews.com/colormechanism.html

-Wikipedia: http://en.wikipedia.org/wiki/Chameleon#Change_of_colour

- Batraciens et reptiles du monde, contenu intéressant sur les caméléons accompagné de photographies de qualité, http://www.batraciens-reptiles.com/cameleons.htm

- Tégument des sauriens : Coupe longitudinale de peau de lézard, http://www.cicrp.jussieu.fr/nivet/Teguments/Lezard/teg4.html

Auteur de l'article: raf

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×